innovation Tag

De nombreuses entreprises font aujourd’hui appels à nos services pour identifier des startups aux 4 coins du monde.

Comme mentionné dans un article précédent (ici), VIEDOC en tant que partenaire des salons ADF & PCD s’est impliquée cette année dans l’identification et la présélection de start-ups du domaine du packaging.

A titre d’exemple, voici 2 start-ups que nous avons identifiées et que vous pourrez visiter sur le salon, au niveau de l’espace « Accelerator ».

  • Living Ink est une entreprise américaine de biomatériaux qui utilise des technologies d’algues, et donc durables, pour remplacer certains produits dérivés du pétrole tel que l’encre. L’ambition est de développer une variété de produits d’encre et de couleurs, y compris l’encre numérique. Actuellement, les encres sérigraphiques, typographiques et offset sont en cours de développement et de perfectionnement.

  • Paptic est une entreprise finlandaise qui a conçu un matériau éponyme destiné à remplacer le plastique dans plusieurs applications. Ce matériau partage des propriétés avec les textiles et le papier et a permis de constituer un sac à base de cellulose 100% biodégradable. Les propriétés suivantes le rendent particulièrement prometteur : résistant à l’eau, léger, étirable, recyclable et bon marché. Paptic a reçu un soutien de l’Union Européenne ainsi que plusieurs prix d’innovation et collabore actuellement avec les Galeries Lafayettes.

Les autres « pépites » que vous pourrez apprécier, voire avec qui vous pourrez tisser des relations d’affaires, sont :

  • Glancy 3D : se présente comme la première intelligence artificielle de vision par ordinateur pour l’évaluation et l’optimisation de la conception des emballages.
  • L’Indispensac : concepteur d’un sac 100% recyclable et « made in France »
  • Revinax : plateforme de réalité virtuelle qui crée, édite et distribue des tutoriels de formation virtuelle pour les professions hautement qualifiées et la formation de précision.
  • Ashana. B : combine des cosmétiques luxueux, biologiques et végétaliens, qui nettoient, hydratent et régénèrent les cellules tout en respectant les différents types de peau et de cheveux.
  • Packitoo : se définit comme la première application Web de processus intelligente pour le développement, l’achat et la vente d’emballages personnalisés.
  • Kalys Cosmetics : marque innovante de cosmétiques naturels pour le visage et le corps, située près de Marseille.

Pour plus d’information, consultez la page « Accelerator » du salon ici.

Activité devenue incontournable pour toutes les entreprises, la veille se pratique de différentes manières et à différents niveaux d’intensité. Elle se décline en fonction de la taille de la structure, de sa culture mais aussi des marchés visés et des menaces identifiées. L’un des intérêts les plus reconnus de la veille est sa contribution à l’innovation.

Les entreprises ont besoin d’innover en permanence pour rester pérennes et compétitives sur leur marché, notamment dans la production de biens physiques ou de technologies. L’adaptation aux nouveaux procédés doit se faire très rapidement pour épouser les besoins ou aider à pénétrer des marchés encore inexploités et sources de croissance.

Dans le but de rester proactif, la mise en place d’un processus de veille peut commencer par une surveillance récurrente des concurrents, au niveau de leurs pratiques, organisations, développements, ainsi que des lancements de nouveaux produits ou services.

Réaliser une veille brevet, certes plus pointue mais tout aussi essentielle, permettra de surveiller les innovations déposées par ses concurrents, les concepts émergents, ou de détecter de nouveaux acteurs qui arrivent sur le marché.Il faut cependant être conscient que le dépôt de brevet n’est pas systématique: certaines stratégies industrielles conduisent à ne pas entrer dans ce système, et à garder les « secrets de fabrication » en interne.

Qu’il y ait une cellule de veille implantée ou non, la veille technologique permettra ainsi à l’entreprise d’ajuster sa stratégie en remontant d’importantes informations aux services de R&D et aux collaborateurs qui participent de près ou de loin aux activités d’innovation et de développement.

Enfin réaliser une veille réglementaire peut aussi s’avérer très utile pour se conformer aux lois, certifications, normes en cours, voire pour donner un avis technique lors de leur élaboration . Ainsi, l’entreprise sera positionnée en amont de tout changement pouvant affecter l’activité, et pourra donc sécuriser ses innovations et orienter ses décisions en connaissance.

Pour résumer, les avantages du couple “Veille/Innovation” ne sont aujourd’hui plus à prouver !

Ils tiennent en 4 points

  1. s’adapter aux attentes des clients/investisseurs et même les anticiper
  2. éveiller la créativité et créer une dynamique d’intelligence collective au sein de ses équipes
  3. capter des signaux que les concurrents ne saisiront pas nécessairement
  4. se baser sur les politiques d’aide à l’innovation et optimiser leurs mises en place

Nombre de newsletters sont disponibles sur le web, mais sont-elles bien utiles et surtout avez-vous le temps de les lire ?

Le but premier de la newsletter c’est de faire gagner du temps puisqu’il s’agit d’une sélection d’articles à partir d’un certain nombre de sources d’information. Plus le nombre de sources est important, plus la newsletter est variée, appréciée et surtout utile.

La newsletter peut être orientée selon les services concernés et contenir plutôt des informations sur la concurrence et le marché avec les lancements de produits et des données d’ordre général, ou plutôt des informations techniques avec des développements de produits, des articles scientifiques et des brevets sur un domaine précis.

Dans tous les cas, une bonne newsletter doit susciter l’intérêt et la curiosité du lecteur qui doit y trouver matière à réflexion en un minimum de temps.

Chez Viedoc, société qui met la veille au service de l’innovation, nous avons pris le parti de mêler informations techniques et informations marché car nous sommes convaincus que l’innovation passe par ces deux composantes qui sont indissociables, et ce quelle que soit l’activité de l’entreprise.

C’est ainsi que notre newsletter hebdomadaire sur le packaging, indépendante de toute organisation, met en avant une sélection de  8 à 10 informations, ce qui est suffisant et nécessaire pour se tenir informé et permettre une lecture rapide.

Elle inclut généralement un brevet, un article à caractère scientifique, des informations sur la vie des sociétés, des lancements de produits, des concepts packaging marquants, des articles sur la règlementation, des réflexions sur les tendances …

Pour la recevoir gratuitement pendant un mois, c’est simple : il suffit de vous inscrire sur www.rsspackaging.com/newsletter.php?

Dans le cas où vous souhaiteriez une newsletter sur-mesure ou sur un autre domaine d’activité, nous vous invitons à contacter Viedoc au +33 (0)1 30 43 45 27 pour étudier ensemble votre besoin.

Qui en voyant évoluer ces belles machines, dans un bleu azur, vers d’exotiques destinations de vacances, pourrait dire qu’il s’agit de l’industrie la plus polluante du monde ?.
Un Airbus ou Boeing moyen, en particulier sur les courtes distances, émet cinquante fois plus de pollution au CO2 à distance équivalente, qu’un navire de croisière… En cause? Un régime fiscal particulièrement favorable (le kérosène n’est pas taxé par exemple) et un échappatoire complet aux accords de Kyoto sur la réduction du CO2, une taxe carbone tombée au plus bas, le tout combiné avec une explosion du trafic aérien. Les deux grands constructeurs d’avions de ligne ne s’y trompent pas d’ailleurs, Boeing misant sur les économie de carburant avec son Dreamliner, et Airbus les économies d’échelle avec son A380. Mais aucun des deux constructeurs, fonctionnant avec une famille réduite de motoristes (CFM et Rolls-Royce), ne présente de vraie solution de rupture technologique. En matière de ratio carburant/vitesse/emport, on a rien trouvé de mieux semble-t’il, que le réacteur tel qu’il existe actuellement, compressant de l’air pour le réchauffer et y injectant du carburant afin de produire une poussée. Le produit de base est amélioré depuis les années soixante mais reste fondamentalement identique dans son principe.

Des solutions ?
L’innovation technologique qui permettrait cette rupture est pour l’instant inaccessible. Pas du point de vue purement technologique, mais financier. En cause, les pressions économiques propres au transport aérien qui tendent à toujours baisser le coût du billet. Le coût R&D d’un nouveau type de propulsion réduisant de 80% ses émissions de CO2 rend tout simplement incompatible son amortissement dans une telle conjoncture. Cela signifierait une augmentation du prix du billet qui ne se serait compensée -à terme et seulement partiellement- que par des économies « à la pompe », à condition que les industries jouent le jeu, et/ou qu’il y ait une contrainte d’ordre étatique (voir ce que propose l’ONG lesdessousdelaviation.org). Mais l’un et l’autre ne suffirait même pas à atténuer son impact environnemental du fait de l’augmentation exponentielle du trafic aérien.  Une révolution technologique majeure est donc attendue.

*L’électrique : Du fait des batteries actuelles, la puissance nécessaire clouerait l’appareil au sol.

*Le nucléaire : Déjà expérimenté dans les années 50. Impraticable à cause du poids de l’isolation et des risques liés à l’aviation civile.

*La pile à hydrogène : Carburant difficile à produire, à stocker, et dangereux, avec un bilan environnemental calamiteux.

Voici un vrai challenge pour l’avenir…

Un article rssenvironment.

 

Aujourd’hui, RSSIntelligence apporte une réponse concrète à un réel enjeu stratégique pour les entreprises : passer de l’intelligence individuelle à l’intelligence collective en démocratisant l’accès à l’information pertinente.

Outre les innovations techniques  dont la plus importante est  le générateur de flux RSS (ce qui a d’ailleurs permis à la société Viedoc de remporter le prix de l’innovation technologique 2012 du Business Club UTC), l’innovation de cette plateforme de veille collaborative est principalement d’usage puisque liée à la simplicité d’utilisation.

A l’heure où l’on parle de plus en plus de partage d’informations au sein des entreprises, l’enjeu social devient un vecteur de différenciation. L’outil du fait de sa simplicité d’utilisation n’est plus observé sous l’aspect technologique mais plus sous l’angle des interactions sociales.

Utilisable par tous les services de l’entreprise et non plus uniquement par des experts de la veille préalablement formés, le déploiement de la plateforme RSS Intelligence est rapide, le partage d’informations est réel et la rentabilité est par conséquent accrue.

En quoi l’outil RSS Intelligence répond en tout point aux tendances actuelles ?

– Le développement du modèle économique de l’Open Access aux contenus scientifiques

Les sociétés tendent à résilier leurs abonnements à des bases de données payantes et se dirigent maintenant plutôt vers les sources d’informations gratuites.

– La veille temps réel et notamment la restitution des flux d’informations par ordre ante chronologique dans une interface de consultation dynamique où les données s’affichent en s’empilant les unes sur les autres.

La veille temps réel se définit comme un système intelligent qui permet de capter un corpus d’informations sans décalage entre le moment de production de l’input, du signal et sa diffusion via les médias.

L’avènement des réseaux sociaux d’entreprises.

On est en effet passé d’un web d’informations qui était synthétisé par un professionnel de la veille au travers d’une newsletter, à un web de conversations qui implique des individus à l’extérieur et à l’intérieur de l’entreprise

Le partage de l’information avec la curation, pratique qui consiste à sélectionner, éditorialiser et partager les contenus les plus pertinents du Web pour une requête ou un sujet donné.

Passer de l’intelligence individuelle à l’intelligence collective nécessite simplicité d’utilisation, personnalisation et flexibilité puisque l’ensemble des fonctionnalités doivent être accessibles aux experts comme aux non-spécialistes. C’est là toute la philosophie de RSS Intelligence.

–       L’élimination garantie du bruit (informations non pertinentes)  avec 100% d’informations qualifiées.

En effet, devant le volume croissant d’informations disponibles, on recherche de plus en plus le qualitatif plutôt que le quantitatif

 

L’an dernier, les étudiants du Master 2 Intelligence Economique ICOMTEC ont rédigé un livre blanc intitulé « Quels outils de veille pour demain ? » qui tente de tracer les tendances et les évolutions à venir en matière d’outils.

Camille Alloing (Auteur du blog CaddE-Réputation) signe la préface de ce rapport où l’on peut lire notamment :

[…] Le web démocratise l’accès à l’information, donc à l’utilisation stratégique de celle-ci. Si la veille et l’utilisation d’outils adéquats paraissent être encore réservées aux spécialistes de la question dans les entreprises, c’est de moins en moins le cas. Le paradoxe réside ici dans le fait que les outils vont devoir devenir de plus en plus pointu notamment pour la gestion des données, mais leurs utilisateurs vont être de plus en plus hétérogènes dans leurs pratiques et leurs connaissances de la veille. Google, dont la pertinence sur la question des tendances du search n’est plus à démontrer, commence d’ailleurs à intégrer ce fait: des résultats toujours plus personnalisés et « clés en main » avec en parallèle la diminution des options de recherche. […]

[…]Prochain enjeu des outils de veille donc : simplifier la compréhension de l’outil sans pour autant en diminuer la pertinence de recherche et la souplesse d’utilisation. En résumé, répondre à la diversité des besoins et des pratiques dans une seule solution. […]

Alors, RSS Intelligence serait-il en avance sur son temps puisqu’il semble répondre d’ores et déjà aux tendances à venir en matière d’outils ?

Loin de nous cette idée présomptueuse.

RSSIntelligence est tout simplement le fruit d’une réflexion menée par une équipe de veilleurs qui comme n’importe quel utilisateur souhaite disposer d’un outil simple et intuitif répondant concrètement à leurs attentes et leurs besoins.  Le bon sens a fait le reste…

Toute l’équipe Viedoc est présente cette année au PCD / Aerosol Forum & Dispensing2013 qui se tient à Paris, Porte de Champerret les 6 et 7 février.

A cette occasion, Bruno Galimand, directeur de la société Viedoc aura le plaisir d’animer un atelier conférence sur le thème de la veille technologique au service de l’innovation.

De plus, comme pour les éditions précédentes, un consultant Viedoc dans le cadre du service Veille Salon (1er service professionnel de veille évenementielle) fera le tour des exposants afin de détecter les innovations présentes et les dernières tendances.

Toutes les informations collectées seront capitalisées dans un rapport disponible vers la fin février sur le site veillesalon.com.

Pour télécharger le rapport de l’édition précédente, rendez vous sur : http://www.veillesalon.com/fr/rapports-veille-salon.html.

D’autres rapports sont également consultables en ligne gratuitement.

Retrouvez nous sur le stand N05 pour découvrir nos prestations et nos outils de veille dédiés au domaine du packaging et de la cosmétique…