salon Tag

Les salons Aerosol & Dispensing Forum 2019 (ADF 2019) et Packaging of Perfume Cosmetics & Design 2019 (PCD 2019) constituent le premier salon européen de l’innovation dans le domaine de l’emballage cosmétique et aérosol. Ils réunissent, en qualité d’exposants et de conférenciers, pas moins de 600 principaux fournisseurs d’aérosols, fournisseurs et distributeurs d’emballages cosmétiques de différents secteurs, lesquels présentent leurs innovations et leurs points de vue à l’industrie.

Outre notre présence comme il se doit, notre société est partenaire de l’évènement depuis maintenant plusieurs années. Et pour cette nouvelle édition, nous sommes intervenus à deux niveaux, en coordination avec l’équipe organisatrice d’Easyfairs.

En premier lieu, un appui a été fourni pour l’identification de startups du packaging, présentant un potentiel intéressant et invitées à déployer leurs innovations sur l’espace « ACCELERATOR » qui sera proche de notre stand.

En second lieu, la page du site « Industry News » (disponible ici) est alimentée par l’un de nos outils de veille, avec un affichage de type « mur d’actualités » paramétré selon les souhaits des organisateurs.

Espérant vous voir nombreux, nous serons heureux de vous accueillir sur notre stand X03 !

Accédez aux informations sur le site du salon.

Pollutec 2013, le rapport disponible gratuitement !

19 Déc 2013, Posté par T. Perran dans Veille Salon

Rapport de veille Pollutec 2013 Conscient des enjeux environnementaux et des défis restant à accomplir dans ce domaine, nous ne pouvions passer à côté du salon Pollutec 2013, événement incontournable des éco-technologies, de l’énergie et du développement durable.

Comme nous le faisons régulièrement pour d’autres événements, nous avons rédigé un compte-rendu d’étonnement complet suite à notre visite de Pollutec début décembre.

Le résultat : un rapport gratuit de 41 pages, en Français, qui présente l’ensemble des innovations du salon du durable de référence en Europe.

Résumé :

Le salon Pollutec 2013 s’est déroulé du 3 au 6 décembre 2013 au parc des expositions à Paris-Nord Villepinte,où pas moins de 1194 exposants (819 français) venant de 28 pays ont pu dévoiler leurs activités en matière de développement durable.

Cette édition 2013 s’est quand même fait remarquer par l’illustration de cette crise économique, qui commence à durer bien au-delà des prédictions et qui a fini par entamer la trésorerie de bon nombre d’entreprises. Ainsi, il convient de noter que l’ambiance générale n’était pas à l’innovation en rupture, mais plutôt à la rationalisation, à la chasse au gaspillage, à l’amélioration continue, etc.

Lors de sa visite à l’ouverture du salon, le ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, Philippe Martin, a bien donné le ton, en faisant l’éloge de l’économie circulaire qui œuvre à refermer le cycle de vie des produits, via l’optimisation des stocks, des flux de matières, d’énergie, de déchets. Autrement dit, la tendance est à l’éco-conception des produits, en intégrant dès les premiers stades de production les préoccupations de durabilité, de réutilisation ou de recyclage des produits.

Cela dit, nous avons pu déceler tout de même quelques innovations en rupture, mais elles venaient très majoritairement de la part de start-up, de PME, encore bien éloignées des marchés de masse. De très loin, le secteur de l’énergie est celui qui était le plus dynamique du point de vue des innovations technologiques. Cela est probablement dû au contexte post-Fukushima où de nombreux Etats s’interrogent sur la voie à emprunter pour les prochaines décennies quant à leur approvisionnement en énergie.

Pour l’énergie solaire, une start-up réunionnaise a mis au point par exemple une technologie très prometteuse visant à prédire la production photovoltaïque en fonction des conditions climatiques, ce qui in fine pourrait grandement faciliter l’utilisation de cette énergie renouvelable intermittente. Cela ouvre la voie à la valorisation financière de l’énergie intermittente prédite ce qui soulagerait par la même occasion les gestionnaires de réseaux.

Le secteur de la production et de l’exploitation de biogaz était pour sa part très dynamique. Plusieurs sociétés comme Etia ou Cogebio par exemple proposent des moteurs pouvant fonctionner avec des mélanges air –combustibles très divers, allant même jusqu’à coupler des modules de recyclage de déchets avec des chambres de combustion. Schnell Motoren propose même des unités de cogénération, qui vont jusqu’à exploiter la vitesse de gaz d’échappement pour atteindre un rendement record de 48,3% !

Enfin, sur le traitement des déchets en aval, il y a une tendance très nette vers des produits plus naturels et une meilleure valorisation de la matière première. Les sociétés Aquaprox et Amoeba ont notamment mis au point un traitement des légionnelles dans les tours aéroréfrigérantes par un biocide 100% naturel, alors que Morphosis arrive à valoriser les déchets venant des industries électronique, électrique et télécom, en récupérant les éléments rares et précieux via une chimie plus douce (acides faibles). Pour finir, la société Ecomouton propose un concept original et rentable économiquement pour entretenir les grands espaces verts par le biais de moutons !

Pour tout savoir des innovations présentées lors de Pollutec 2013,

téléchargez dès maintenant le rapport complet.

Le Rapport de veille du salon 3D Print Show sera très prochainement disponible

Actuellement en cours de relecture, le rapport de veille suite à notre visite du salon 3D Print Show 2013 sera disponible d’ici la fin de la semaine.
Dans ce rapport en français d’une quarantaine de pages, vous trouverez notamment :
– notre regard sur les tendances et innovations dans le domaine
– les dernières nouveautés en matière d’hardware et de software
– les nouvelles applications rendus possibles tant pour les particuliers que les professionnels
– mais aussi ce que l’on aurait aimé voir en matière d’innovations et que l’on a pas vu lors de cette visite

Pour vous faire patienter, retrouvez d’ores et déjà ci-dessous le résumé ainsi que le sommaire du rapport:

RESUME

Le salon 3D Print Show s’est déroulé les 15 et 16 novembre au Carrousel du Louvre à Paris et à en juger par l’influence, le salon a été succès au-delà de l’espérance des organisateurs. Il est fort à parier que la prochaine édition se déroulera dans un endroit plus spacieux tant il était difficile de se déplacer d’un stand à l’autre. Après tout, le marché mondial de l’impression 3D, machines et services, était estimé à 2,2 milliards de dollars en 2012 avec un taux de croissance annuelle de 28,6% !

L’impression 3D, qui permet de créer des objets par superposition de fines couches de matière, est une technologie en plein essor, même si cette technologie est connue depuis plus de 30 ans. Il n’y a pas, ou très peu, de perte de matériaux et le fait de réduire le nombre d’étapes du processus de fabrication apporte des bénéfices considérables en termes de coût pour les petites séries.

Longtemps réservée au prototypage rapide et aux industries de pointe, elle s’est récemment démocratisée avec l’arrivée sur le marché d’imprimantes moins onéreuses et plus rapides, ainsi qu’un choix plus varié de matériaux imprimables. En effet, il est désormais possible d’acquérir une imprimante 3D pour moins de 1000 euros, comme par exemple l’imprimante EX1 de 3D Free Sculpt, proposée en France par Pearl Diffusion. Il y a maintenant de nombreux fournisseurs et revendeurs qui proposent des prix abordables tant pour les imprimantes que sur les consommables.

De nouveaux services dédiés à l’impression 3D ont aussi vu le jour ces dernières années. Des sociétés comme Scupteo proposent des plateforme de fichier 3D à imprimer, que les utilisateurs peuvent personnaliser. Cette société permet d’ailleurs également une rencontre virtuelle entre designers et utilisateurs pour aller plus loin avec l’impression d’objets 3D uniques. L’univers de l’open source, aussi très présent, permet de faire du lien social entre bricoleurs d’un nouveau genre et de nombreux utilisateurs mettent leur création en ligne à la disposition de tous.

On a également remarqué des projets ambitieux comme l’impression de prothèses de main, ou encore des robots imprimables commandés par la voix. L’impression 3D a un potentiel énorme en médecine, maintenant qu’il est possible d’imprimer des tissus humains, des matériels bio-résorbables et tolérés par le corps, et même des matières synthétiques utilisables pour faire des greffes. L’impression 3D a déjà sauvé une vie, celle d’un nouveau née qui s’étouffait et qui a bénéficié d’une «attelle bronchique» sur mesure réalisée par impression 3D à l’université du Michigan !

Parallèlement au salon, La Poste et Orange ont mis cet automne quelques imprimantes 3D dans leur agence pour permettre aux usagers d’imprimer des coques pour smartphones au prix de 30 euros. Leurs catalogues proposent d’autres objets personnalisables pour les particuliers mais aussi pour les professionnels comme les cabinets d’architectes.

Cela dit, le salon 3D Print Show a également fait la part belle à la création artistique, part le biais d’un défilé de mode où l’on a vu des bijoux, des sacs, des chaussures, des lunettes, le tout imprimé en 3D. Un hall d’exposition entier était d’ailleurs réservé aux artistes souhaitant montrer et vendre leur création.

Il semble vraiment que la seule limite rencontrée par l’impression 3D aujourd’hui soit la taille tant les possibilités permises par cette technologie sont importantes. Chose rare pour être précisée, la société américaine Legacy Effects avait prêté pour le salon ses pièces imprimées en 3D et utilisées dans des films comme Avatar, Iron Man, Pacific Rim. A cette occasion, il a été rappelé que l’impression 3D est utilisée depuis quelques années par l’industrie cinématographique, car la précision des détails est bien meilleure que celle obtenue lorsque par la réalisation d’effets spéciaux sur fond vert.

Enfin, il a tout de même été précisé lors du salon 3D Print Show que la démocratisation de l’impression 3D allait changer la donne au niveau de la propriété intellectuelle, surtout en Europe où il est permis de faire des copies personnelles. Avec l’impression 3D, viendront le piratage et la personnalisation des objets. Vite débordées par le nombre des consommateurs devenus concurrents très locaux, les entreprises vont être forcées d’aller vers des concepts comme la co-création d’objets avec les consommateurs, quitte à donner des licences révocables. La propriété intellectuelle n’a de valeur que si on peut la faire respecter. Dans le cas de l’impression 3D, il faut mieux avoir une petite part d’un grand gâteau, plutôt qu’une grosse part d’un tout petit gâteau. Il arrive que la menace ne se situe pas au niveau de la contrefaçon mais au niveau de la concurrence !

SOMMAIRE

PARTIE 1. EQUIPEMENTS POUR L’IMPRESSION 3D

  • 1.1 HARDWARE
  • 1.1.1 Pearl Diffusion (distributeur de 3D Free Sculpt)
  • 1.1.2 Fab Shop (distributeur de Maker Bot)
  • 1.1.3 Airwoolf
  • 1.1.4 Autres fournisseurs présents sur le salon 3D Print Show
  • 1.2 SOFTWARE
  • 1.2.1 Autodesk 3D Print Utility
  • 1.2.2 Autodesk Shapelifter

PARTIE 2. NOUVEAUX SERVICES POUR LES PARTICULIERS

  • 2.1 L’UNIVERS « OPEN SOURCE » POUR L’ENTRE-AIDE ENTRE « MAKER »,
  • 2.1.1 Les « Maker Faire »
  • 2.1.2 InMoov (Robot 3D)
  • 2.2 PLATEFORME DE DESSIN, DE FICHER 3D ET D’IMPRESSION 3D EN LIGNE
  • 2.2.1 Crobics (Logiciel et impression en ligne)
  • 2.2.2 Sculpteo
  • 2.2.3 Shapelize
  • PARTIE 3. BOULEVERSEMENT DES PRATIQUES CHEZ LES PROFESSIONNELS

  • 3.1 NOUVELLE REVOLUTION DANS LA MEDECINE
  • 3.1.1 Impression sur mesure d’organes biorésorbables
  • 3.1.2 Greffes définitives d’organes imprimés en 3D
  • 3.1.3 Nouvelle technique de chirurgie réparatrice plus précise et rapide
  • 3.2 PROPRIETE INTELLECTUELLE IMPOSSIBLE A PROTEGER
  • 3.3 CREATION ARTISTIQUE
  • 3.3.1 Le défilé de mode
  • 3.3.2 Le hall ouvert aux designers et artistes
  • 3.3.3 Le cinéma déjà dans l’impression 3D

PARTIE 4. DERNIERES AVANCEES ABSENTES DU SALON

  • 4.1 FAX 3D PAR AIO ROBOTICS
  • 4.2 SERVICES D’IMPRESSION 3D EN MAGAZIN EN FRANCE
  • 4.2.1 Auchan
  • 4.2.2 La Poste
  • 4.3 IMPRESSION D’ORGANES EN TISSUS HUMAINS
  • 4.4 IMPRESSION DE SOUS-VETEMENTS FEMININS SUR MESURE

CONCLUSION ET PERSPECTIVES
A PROPOS DE VEILLE SALON
PRESENTATION DE VIEDOC SARL

Paris, 15-16 novembre. Le salon 3D print Show montre un florilège de possibilités, vues sous l’angle artistique. Après un aperçu du défilé, voici les réalisations des exposants:

Galerie des exposants

DERNIERE CHANCE DE PARTICIPER A L’OFFRE VEILLE SALON PACKAGING 2014…

Vous avez été nombreux à nous informer de l’intérêt que vous portez à  notre offre Veille Salon Packaging 2014 et notamment la nouvelle formule « Top Events ».

Avec cette formule, nous vous proposons tout simplement de couvrir les 5 plus grands événements du packaging de l’année répartis sur 3 continents (Europe, Asie et Amérique) pour une parfaite connaissance des évolutions du marché et des tendances dans le monde entier.

Nous vous rappelons que le vendredi 30 novembre 2013, nous procéderons à la clôture des inscriptions. Il ne vous reste donc plus que quelques jours pour participer à cette offre.

Pour mémoire, vous trouverez le détail de ce service unique sur cette page

Veille Salon à Pollutec 2013

25 Nov 2013, Posté par T. Perran dans Veille Salon

VIEDOC (Equipe Veille Salon) se rend très prochainement à Pollutec Horizons 2013. Ce salon des technologies et de l’innovation pour l’environnement est désormais bien installé dans le paysage événementiel Français et est l’une des dates incontournables en Europe pour le domaine.

Il se tient du 3 au 6 DECEMBRE 2013 à Paris Nord Villepinte – Hall 6.

Un rapport de veille sera rédigé sur le salon qui donnera lieu à une publication ultérieure et sera proposé à la vente.

Pour en savoir plus : http://www.veillesalon.com/fr/n/salons/pollutec-horizons-2013-v12328.html

Veille du salon Big Data 2013

21 Nov 2013, Posté par T. Perran dans Veille Salon

Le salon Big Data Expo s’est déroulé les 16 et 17 octobre 2013 à la Porte de Versailles à Paris et les professionnels se sont vigoureusement interrogés les uns les autre pour savoir vers quelles directions ce nouveau marché des Big Data s’orientait. En effet, avec le Big Data, viennent les gros volumes d’informations non structurées que l’on peut traiter très rapidement. Il devient alors possible pour une grande entreprise de suivre en temps réel l’évolution de son chiffre d’affaires par exemple. Ainsi, le Big Data s’invite au cœur de la stratégie des entreprises pour leur apporter des avantages compétitifs. Cela implique de nombreux bouleversements dans les méthodes de travail.

Tout d’abord, tout le monde s’est accordée sur le fait que l’information devenait décloisonnée, à savoir qu’elle n’appartient plus à tel ou tel service mais elle est mise dans un pot commun. Pour des raisons d’efficacité, il devient nécessaire de ne plus faire appel à des serveurs physiques mais à du cloud qui permet un stockage redondant de l’information avec une grande vitesse d’accessibilité. A ce niveau, on constate que le secteur est encore jeune, car il n’y a pas deux systèmes de cloud identiques. Tout est customisé aux besoins des entreprises. Il y a une grosse différence entre le cloud public pour des sites comme Facebook, Twitter, Hotmail et le cloud privé, qui donne des garanties d’accès et de vitesse d’accès à tout instant, avec des systèmes redondants qui évitent la moindre perte d’information. Certaines entreprises passent tout leur système d’information, y compris leurs ressources humaines, dans les systèmes cloud, alors que d’autres y vont de manière sélective. Pour s’y retrouver dans la forêt d’offres et de prix sur le cloud (au plus bas 0,05 € pour 1 Go stocké en cloud), les professionnels recommandent d’essayer les offres et de s’interroger sur au moins 3 points :

1. Où sont stockées mes données, à savoir la localisation physique des data centers ?
2. Comment accéder à mes données, à savoir quelles dispositions d’accès offrent le fournisseur ?
3. Quelles services et applications me sont proposés pour exploiter mes données ?

Mapping des acteurs du cloud en 2013

 

Sur cette infographie, on retrouve les acteurs majeurs présents sur le Big Data et le Cloud Computing. On peut constater que c’est un marché très concurrentiel et en général, les sociétés qui vont vers le Big Data font appel à plusieurs prestataires par prudence. Les fournisseurs ont une responsabilité sur le contenant et pas sur le contenu, mais il peut y avoir des conflits avec les systèmes juridiques des pays où se trouvent physiquement les data centers. Par exemple, aux Etats-Unis, la loi Patriot Act oblige les fournisseurs à donner aux autorités les données qu’ils hébergent, sans qu’ils puissent vraiment s’y opposer, d’où l’intérêt de connaitre la localisation des data centers des fournisseurs. Windows a communiqué le fait que depuis la mise en application du Patriot Act, les autorités américaines ont fait 13 demandes d’information. 7 ont été refusé par un juge et une seule fois Windows a été contraint de livrer les informations sans prévenir le client.

Actuellement, moins de 1% des dépenses IT sont consacrées au Big Data, mais ce nouveau secteur est fortement soutenu par le gouvernement américain. En effet, alors que les agences fédérales américaines émettaient 35 appels d’offres sur les Big Data en 2012, celles-ci avait déjà 75 appel d’offres sur le même sujet sur les 9 premiers mois de l’année 2013. Un appel d’offre d’une agence fédérale vaut généralement entre 35 et 80 millions de dollars. L’exploitation des métadonnées devient un enjeu majeur et les applications commencent à toucher la vie des citoyens. Les banques américaines par exemple ont mis en place une plateforme commune pour identifier les fraudes très rapidement et se transmettre les informations immédiatement. Ces avancées permettent aussi aux entreprises de réaliser qu’elles exploitaient encore assez mal les données en leur sein et les technologies liées au Big Data leur sont d’un grand recours, avant même de vouloir analyser ce qu’il se dit sur les réseaux sociaux.

Au niveau innovations technologiques, le modèle de développement communautaire Open Source suit son cours. L’environnement ou écosystème Hadoop fait toujours office de référence et d’ailleurs la version 2 de Hadoop était sortie dans la nuit du 16 au 17 octobre 2013 avec un nouveau système de fichier HDFS. La fondation Apache détient toujours la propriété intellectuelle de Hadoop mais son développement se fait à partir des ateliers entre experts aux 4 coins du monde. Le fait marquant sur le salon a surtout été l’évolution des bases de données relationnelles avec de nouveaux systèmes de stockage en colonne et de nouvelles visualisations graphiques. Dès lors, on commence à parler de notions comme le patrimoine informationnel et survient la délicate question du droit de regard de la CNIL sur ces bases de données relationnelles complexes. En effet, dès lors que l’exploitation de ces dernières peut aboutir à la suppression d’un droit à un citoyen, la CNIL doit être mise dans la boucle. Là encore, on découvre des choses et les gens du secteur se cherchent. Le secteur est loin d’être mûr mais les retombées en termes de valeur ajoutée sont gigantesques. Affaire à suivre donc !

Des rapports de Veille Gratuits…

22 Juil 2013, Posté par D. Bocquelet dans Veille Salon

Rappelons que VIEDOC, pour son service Veille Salon, édite régulièrement des rapports de veille, publiés sur ce dernier et relayés sur ce blog.

Ces rapports d’étonnement portent sur tous les domaines concernés par son service RSS Sourcing à savoir les cosmétiques,  le packaging, l’agroalimentaire, les matériaux, le textile, mais aussi l’environnement, l’automobile, ou en dehors ces ces domaines, les réseaux, la pollution, la sécurité…

La plupart des ces articles sont en anglais, mais certains sont en Français.

Ils sont également publiés sur plusieurs plate-formes de documentation en ligne comme Yudu, Slideshare

Un exemple récent (sur Yudu):


Enlarge this document in a new window
Publisher Software from YUDU

Veille Salon à Make up in Paris

14 Juin 2013, Posté par Wanda Tardy dans Veille Salon

L’équipe Veille Salon pour VIEDOC sera présente au salon Make Up in Paris 2013, qui se tient du 20 au 21 juin dans l’espace prestigieux du Carrousel du Louvre.

Sans doute l’évènement de l’année dans le domaine du maquillage en Europe, Make Up in Paris pour sa quatrième édition accueillera cette année près de 150 exposants d’après les estimations, comprenant des marques, des fournisseurs d’ingrédients, process, experts du packaging, professionnels de la formulation, et attirera des centaines de professionnels de la R&D, marketing et achat. Make Up in Paris se double également d’un programme de conférences.

MakeUp In Paris sera l’occasion de découvrir les innovations de l’année et fera l’objet d’un rapport de veille.

Retrouvez ce salon et tous ceux des cosmétiques sur rsscosmetic.com

Veille Salon à Smart Grids (SG Paris) 2013

07 Juin 2013, Posté par T. Perran dans Veille Salon

Le salon des réseaux énergétiques intelligents (SG pour Smart Grids) 2013  s’est tenu les 4, 5 et 6 juin derniers à Paris, au CNIT de la Défense. Un consultant VIEDOC, s’est rendu sur place au bénéfice du service VEILLE SALON.

C’est l’un des premiers salons en Europe dans ce domaine prometteur et de nombreux exposants y étaient présents pour présenter leurs systèmes. Ce salon comprenait de nombreuses conférences et avait pour sponsor officiel EDF.

Rappel : Les smarts grids sont des systèmes plus ou moins complexes de gestion des réseaux d’énergies (électriques pour l’essentiel) qui ont pour objectif d’optimiser au maximum toute la chaîne la distribution, depuis la production jusqu’à la consommation, notamment en répondant le plus exactement à la demande, et en l’anticipant au besoin pour éviter les pics et surtensions dommageables pour le réseau. Les Smarts grids ont notamment l’avantage de permettre d’épargner le réseau et d’éviter d’avoir à effectuer des modifications coûteuses lorsque la demande s’accentue. Ces systèmes sont notamment fort utiles lorsque devant gérer l’énergie propre tributaire de la météorologie et d’autres éléments naturels, citons notamment le solaire, l’éolien, et la force des vagues.

Un rapport de veille attendu fin juillet sur les innovations et exposants les plus marquants de cet évènement.

Suivez les derniers comptes-rendus complets des salons et conférences de votre domaine par des experts, téléchargez des rapports de veille gratuits.