Veille stratégique Tag

La finalité d’un processus de veille n’est pas une question si évidente qu’il n’y parait. L’Intelligence Economique est souvent encline à situer la veille au service des volets offensif et défensif d’une stratégie, laquelle sert une politique ou une vision constituée d’objectifs de moyen et long termes. Il faut remarquer que notre époque questionne cette approche.

En effet, lorsqu’on est sur une période de faible variabilité des rapports de forces sur un marché (nombre limité de nouveaux entrants et parts de marchés stables des acteurs principaux), qui comporte peu de changements de règles du jeu (législation, réglementations, normes et usages), on peut bâtir une stratégie de long terme visant à garder ses positions ou à pénétrer le marché. Notons que dans ce cas de figure, on a affaire à des stratégies souvent focalisées sur la conquête de marché.

Or, s’il est vrai que sans stratégie rien n’est envisageable, de nombreuses entreprises sont à présent mises dans un bain concurrentiel mondial, qui les incitent davantage à opter pour des comportements de survie, selon deux axes principaux : innover et afficher une rentabilité actuelle ou future. Progressivement, vendre des produits devient secondaire (du moins dans un premier temps) : ce qui compte avant tout est de rassurer les investisseurs ou actionnaires (l’exemple d’Amazon est éloquent à ce titre, voir ICI). Au travers d’innovations présentées comme disruptives, ces parties prenantes se sentent rassurées, notamment en anticipant des profits substantiels à une échéance palpable. Dans le même temps, une partie croissante de la valeur des produits est transférée vers la réputation de la marque, assurant parfois des positions dominantes mais présentant également des vulnérabilités accrues aux attaques informationnelles.

Depuis la fin des années 1970, les différentes phases de mondialisation et les technologies de l’information ont modifié considérablement le jeu économique par la multiplicité des acteurs et un accès démocratisé à une information surabondante. Aussi, dans l’économie actuelle, la veille se voit affublée d’une double injonction : alimenter la stratégie et alimenter l’innovation. A notre niveau, nous notons un glissement souvent (mais pas toujours !) significatif vers le deuxième aspect. Autrefois vue exclusivement comme un outil d’aide à la décision, la veille devient davantage un outil d’aide à l’innovation et de stimulation de la créativité.  Dans les deux cas, il s’agit d’alimenter les processus internes de l’entreprise, à des niveaux différents, avec des informations utiles, ayant passées des filtres rigoureusement paramétrés. A ce jour, et en attendant l’homme « augmenté » promis par les tenants du transhumanisme ou l’Intelligence Artificielle de niveau 5, des outils techniques tels que ceux que nous proposons (voir ICI) ont toute leur raison d’être. En effet, rechercher de l’information coûte un temps et une énergie précieux qui seraient sans doute bien mieux mobilisés dans des activités où il est difficile de gagner du temps et où l’humain est la clé de voûte : l’analyse, la mise en perspective et l’inspiration.

S’il y a eu une époque où la rétention d’information pouvait assurer des positions dominantes, nous sommes désormais entrés dans une ère où l’information est disponible si tant est que l’on abatte la barrière de complexité qui nous en sépare. Et nous ne sommes pas encore entrés dans une ère où l’appropriation de l’information, qu’elle soit analytique ou symbolique, revient aux machines. L’Homme reste aux commandes de la finalité du processus de veille.

Les entreprises qui mettent en place une démarche de veille stratégique ne peuvent aujourd’hui faire l’impasse de la surveillance des réseaux sociaux.

Que ce soit pour suivre l’actualité de son marché, identifier de nouvelles tendances ou encore savoir tout ce qui se dit d’une marque en temps réel, la surveillance des réseaux sociaux est devenue fondamentale.

D’autre part, les résultats de l’étude de Statista ( www.statista.com) sur les réseaux sociaux les plus utilisés par les professionnels américains du marketing en 2014, montrent que ne surveiller qu’un seul de ces réseaux est loin d’être suffisant.

Infographic: How Marketers Use Social Media | Statista

Le souci, comme toujours en matière de veille stratégique, c’est donc la multiplication des sources d’information.

Les réseaux sociaux n’échappent pas en effet à cette mouvance puisque il en apparait de nouveaux régulièrement.

Avec la coexistence de réseaux sociaux généralistes ou spécialisés dans la photo, la vidéo, la musique, des réseaux sociaux pour les entreprises et les marques ou s’adressant à des communautés, il est donc nécessaire d’utiliser des agrégateurs de façon à se simplifier la tache et surtout optimiser le temps nécessaire à la surveillance de plusieurs réseaux sociaux.

Il existe, certes, des outils gratuits, qui peuvent être efficaces si la démarche de veille pour l’entreprise se limite à la surveillance de quelques réseaux sociaux, ou si le facteur temps n’est pas limitant…

Dans le cadre d’une démarche de veille stratégique structurée et efficace, les entreprises ont tout intérêt à se doter d’une solution de veille complète associant la surveillance du web (site internet des concurrents, blogs d’experts, presse spécialisée…) au suivi des réseaux sociaux comme cela est le cas sur les outils de veille sur mesure développés par Viedoc.

Comment cela se présente-t-il sur RSS Sourcing ?

Sur une page dédiée à la surveillance des réseaux sociaux (associée à une gestion fine des droits),  vous mettez en place très facilement une ou plusieurs requêtes sur chacun des réseaux sélectionnés et ce, sans qu’aucune compétence informatique soit nécessaire.

En fonction du réseau social (Facebook, Twitter, SlideShare, Instagram, Youtube…), plusieurs possibilités de requêtes vous seront proposées.

Par exemple pour Twitter, vous pourrez surveiller tous les tweets :

  • par mots clés,
  • contenant un hashtag (par exemple : #veille),
  • mentionnant un compte twitter (@dior),
  • publiés par une personne (from:chanel)

Une fois vos requêtes mises en place, vous obtiendrez sur une unique interface de visualisation un suivi en temps réel de tous les « posts » répondant à vos attentes, publiés  sur les différents réseaux sociaux.

Des possibilités de filtrage par réseaux social, par requête… vous sont également proposées,  vous permettant ainsi d’optimiser votre veille et d’établir votre sélection des posts les plus pertinents.

 

Avec le suivi des réseaux sociaux, RSS Sourcing est plus que jamais LA solution de veille simple et abordable, indispensable à toute entreprise qui souhaite s’inscrire dans une véritable démarche de veille stratégique.