BLOG

Le veilleur en entreprise, un commercial itinérant !

25 Oct 2016, Posté par adminviedoc dans A la une, Conseil
Veille1

Lorsqu’on pense à un veilleur (ou une veilleuse), on image une personne avec des connaissances et compétences bien particulières : de la curiosité, une capacité d’analyse poussée, un fort intérêt pour les nouvelles technologies, la maîtrise de plusieurs langues étrangères, un esprit de synthèse redoutable…

Mais le veilleur doit être avant tout et surtout quelqu’un à l’écoute et un bon communiquant.

Au sein d’une entreprise, la veille ne peut exister que si les collaborateurs y voient un intérêt réel. La veille ne peut perdurer que si elle est consommée.

Dès lors, même si l’amélioration continue de l’organisation de la veille, la réévaluation régulière des besoins et attentes des utilisateurs sont des étapes primordiales, il convient aussi que le veilleur soit un bon communiquant (pour ne pas dire un bon commercial) allant de services en services pour défendre sa valeur ajoutée.

Pour cela, le veilleur dispose de plusieurs armes qui sont les siennes !

D’abord, l’information…
Avec sa maitrise des moteurs de recherche, ses accès privilégiés à des bases de données, son réseau, le veilleur s’avère être un formidable relais d’informations. En complément de newsletters ou d’études de fond, rien n’est plus vecteur de promotion que de distiller des informations soigneusement ciblées, propice à ouvrir les autres vers le monde extérieur. On reprend là les fondements même de l’intelligence économique, à savoir : diffuser la bonne information à la bonne personne au bon moment pour prendre la bonne décision.

Ensuite, son outil de veille…
Il existe aujourd’hui de nombreux outils de veille à des coûts très variés et disposant chacun de fonctionnalités bien spécifiques. Lorsque l’on choisit un outil, l’étape essentielle consiste à définir précisément ses besoins : Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? …
Mais l’outil de veille peut être aussi un excellent support de communication et d’appropriation de la démarche de veille au sein de l’entreprise. Certains outils, plus récents sur le marché ont été conçus dans une optique de déploiement rapide avec des espaces accessibles à tous, qu’ils soient experts en veille ou non.
En libéralisant ainsi l’accès à l’information, le veilleur n’est plus vu par ses collègues sous l’angle du « privilégié » (en étant le seul à avoir accès à certaines informations) mais plutôt comme un chef d’orchestre qui facilite son accès à tous.

Enfin, l’humain
On a tendance à l’oublier parfois mais la principale force du veilleur, c’est avant tout lui même. Le veilleur ne (re)trouvera sa notoriété et sa crédibilité qu’en remettant l’humain au cœur du processus. Qu’il soit prestataire ou consultant interne, le veilleur doit une partie de sa survie dans son aisance relationnelle. Il devra pour cela développer une véritable stratégie marketing fondée notamment sur le bouche à oreille. En tentant de satisfaire au mieux les clients, ces derniers deviendront les meilleurs prescripteurs ! Pour cela quoi de mieux que de les impliquer en collectant régulièrement leurs avis, en mesurant ce qui marche et ce qui ne marche pas, en leur proposant des services toujours plus personnalisés.